[./zoom_fr/carte_pauillac.html]
[./zoom_fr/carte.html]
[./alienor.html]
[./index.html]
[./famille_presentation.html]
[./terroir_pauillac.html]
[./vignoble_composition.html]
[./vins.html]
[./presse.html]
[./chateau.html]
[./infos.html]
[./version_anglaise/index.html]
[./1855.html]
[./origines.html]
[./xix_xxe.html]
[Web Creator] [LMSOFT]
Au début du XIXe siècle, il fut acheté par Pierre de Gères de Loupes, fils du seigneur de Camarsac, qui fut sous-préfet de Lesparre et juge de paix à Pauillac. A la fin du Second Empire, Fonbadet appartenait aux veuves Clarke et Chancel. Un siècle plus tard, l’autre cru médocain de la famille Clarke, Château Clarke à Listrac, se trouvera marié au nom de Rothschild.
Or, il se trouve que le destin devait lier plusieurs fois la lignée des Peyronie à ce nom mythique.
Au nord du petit village de Saint-Lambert, le Château Fonbadet occupe un terroir de choix, entre les plus grands crus de l’Appellation Pauillac, Château Mouton Rothschild, Château Latour, Château Lynch Bages, Château Pichon Longueville Comtesse de Lalande et Château Pichon Baron de Longueville.

Fonbadet, le lieu qui a donné jadis son nom au cru, est un toponyme typique du terroir médocain, d’origine gasconne, qui signifie fontaine (fon) du petit val (badet).Au Moyen-age, le domaine dépendait de la seigneurie de Latour et tout laisse à penser qu’il fut très tôt planté en vignes.
Mais, c’est seulement, si l’on peut dire, vers la fin de l’Ancien Régime que les archives font état d’un vignoble de cru à Fonbadet.
Par la suite, ce cru passa entre les mains de quelques familles dont la mémoire régionale a conservé le souvenir.